Euroleague

Euroligue : L’ASVEL casse le moral de Kazan

Ce n’était pas le match le plus spectaculaire de l’ASVEL, mais l’essentiel est bien là. Face à l’Unics Kazan, les hommes de TJ Parker se sot imposés, et s’affirment comme bien plus que des outsiders dans la course au Final 8. (85-82)

Encore et encore, l’ASVEL extorque une victoire dans la reine des compétitions européennes. C’est presque devenu une habitude de les voir enchaîner. Pourtant, les joueurs de TJ Parker ont eu quelques moments d’égarements dans le jeu… Dès le début de rencontre, les Villeurbanais ont su imposer leur domination contrairement à des Russes qui n’ont pas enclenché la première. Peu après, la réaction de Kazan est venue. Plus entreprenants, plus décisifs dans les passes face à des joueurs en blanc réduits à des coups dans la raquette. L’Asvel n’aura même pas eu le droit de voir un panier à trois points transformé, contrairement aux kakis qui l’auront trouvé 3 fois dans le premier quart. Les résidents du Rhône se sont bien rattrapés dans un second quart plutôt fermé, avec une efficacité dantesque à deux points (8/9), ainsi que des rebonds défensifs à gogo récupérés par Élie Okobo (5 rebonds). Mais ça ne fait toujours pas filoche derrière la ligne. (39-36, 20′)

Derrière la ligne, ça n’a rien à voir

Que c’est plus facile lorsque vos cadres s’activent. On dit que les grands joueurs se réveillent lors du dernier quart. Cette fois-ci, c’était durant le troisième que cela s’est produit. Plus inspirés à la création, plus à l’écoute : beaucoup de facteurs ont changé la donne. Élie Okobo, lui, a su mettre de la folie dans l’Astroballe avec un shoot monstrueux à trois points doublé d’une faute. David Lighty aussi a montré ses qualités de finisseur (19 points). « Quand David (Lighty) est en confiance comme ça, il peut shooter les yeux fermés », a stipulé son coach, TJ Parker. Les français ont fait la course en tête, jusqu’à se faire peur avec plusieurs balles perdues. Le jeu des lancers francs est bien exécuté (8/10), et voilà que l’Asvel s’impose de trois points. Le club remonte à la deuxième place du classement, à égalité avec le FC Barcelone (6-2), et se donne le droit de rêver plus grand.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *