NBA

Miami prend la tête de la Conférence Est

Le Heat se place officiellement comme épouvantail en ce début de saison régulière. Forts d’une intersaison bien réalisée, les hommes de Spoelstra visent les play-offs et s’érigent en tant que contenders crédibles.

Cette nuit, les protégés de Pat Riley se déplaçaient à Dallas pour y affronter l’équipe du génial slovène Luka Doncic. Au terme d’un match disputé, mais quand même maîtrisé, Kyle Lowry et ses coéquipiers l’emportent sur les Mavs (110-125). Ils profitent de ce succès pour prendre les rênes de la Conférence Est avec un bilan similaire aux Chicago Bulls.

Un Heat Basketball encore plus complet avec les arrivées

La franchise a toujours été connue pour être compliquée a manœuvrer, avec une défense plus que solide. Rappelons-nous des Play-offs de 2020 où ils avaient réussi à sortir les Milwaukee Bucks en maîtrisant Giannis Antetokounmpo. L’an passé, avec la perte de joueurs aboyeurs comme Jae Crowder, le Heat a eu du mal à confirmer sa jolie finale de 2020. Le Sweep de l’an dernier face aux Bucks, l’an dernier, en atteste.

Cette saison, les arrivées de joueurs comme PJ Tucker, Markieff Morris en addition de ceux déjà présent ne peut que rajouter de l’efficacité défensive en plus.

Mais la nouveauté, elle est sur le plan offensif. Le Heat séduit en ce début de saison. La faute à un meneur expérimenté de la ligue Kyle Lowry qui s’adapte à merveille dans ce roster. Il permet notamment de distribuer la balle qualitativement en déchargeant également Jimmy Butler qui peut donc garder de l’influx pour gérer les fins de rencontre. Sa sérénité, également, aide, il gère à merveille les possessions, fait jouer ses coéquipiers. Ce move a tout l’air d’un coup de maître pour le moment. Reste à savoir si ceci se poursuivra sur toute la saison régulière ainsi que les play-offs.

Des individualités qui passent un cap

Comment parler du Heat, sans mentionner son petit meneur de jeu Tyler Herro. Il réalise un début de saison tonitruant, lui qui s’est placé dans la conversation avec Trae Young et Luka Doncic en tant que meilleur meneur de jeu intrinsèque. Au niveau des statistiques, c’est énorme. Il est à l’heure actuelle à 22,4 points de moyenne par match. Il semble avoir passé un cap en ce début de saison. Ce n’est pas pour rien qu’il passe plus de temps sur le parquet que n’importe quel autre sixième homme dans la ligue. On peut également compter sur lui dans les fins de matchs, les money time, car il possède une fougue immense et n’a pas peur de prendre les shoots qui comptent. À ce stade, s’il continue, il pourra facilement faire partie de la course au MIP de cette saison.

Ce roster et cette équipe semble permettre a Miami de nouveau mettre son nom sur les contenders à la victoire finale. Pourquoi pas s’ériger comme équipe qui compte dans la NBA ces prochaines années.

crédit photos : siberkota.com/ www.greenwichtime.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *