Euroleague

L’Asvel passe tout près mais se rate : Cruelle défaite pour les hommes de TJ Parker

Ce match était, sans nul doute celui avec le plus d’enjeux ce soir en Euroligue. En effet, fort d’une très belle entrée en matière dans cette compétition dont il avait terminé 14èmes l’an dernier, Lyon-Villeurbanne venait en terre milanaise avec la ferme intention d’en découdre face à l’actuel leader de la compétition. Une rencontre intéressante et très disputée qui laisse finalement place à une désillusion pour les frenchies qui s’inclinent au Mediolanum Forum (73-72).

Pas toujours très plaisante à voir jouer mais très bonne en terme d’efficacité, l’Asvel tentait directement de prendre l’ascendant sur son hôte et y parvenait de façon méticuleuse. Après un premier quart-temps remarquable dans le sillage d’un Cris Jones à l’origine de bon nombre d’actions, l’Asvel se rassurait via son entame et jouer les yeux et dans les yeux face à des étrangement maladroits au shoot (14-17).

À l’entame du deuxième quart-temps, tout restait donc à faire pour les rhodaniens qui réussirent rapidement à prendre un avantage conséquent grâce notamment à une belle adresse longue distance notamment illustrée par Elie Okobo, qui montrait au passage à ses détracteurs que son expérience en NBA n’était pas tant un flop et qu’il avait beaucoup appris dans les rangs des Suns.(26-40)

Un passage au travers qui coûte cher

Malheureusement, après le passage aux vestiaires la tendance s’inverse tandis que les hommes d’Etore Messina reprennent peu à peu confiance face à des joueurs de l’Asvel de moins en moins maîtres de leur destin.

Les Milanais la joueront Remontada et infligeront un 15-7 aux visiteurs, leur permettant au passage de recoller au score pour la première fois depuis la troisième minute du premier quart-temps c’est dire. Les armes offensives des locaux prenaient alors feu et se mettaient à tout rentrer.(51-51)

À l’aube du dernier acte, la confiance avait changer de camp et les Lyonnais ne pratiquaient plus le même basket. Au coude à coude jusqu’à la fin et après repris par deux fois le leadership de la rencontre, c’est finalement l’Olimpia qui avait le dernier mot grâce à Devon Hall qui venait crucifier Lyon avec un terrible shoot longue distance à 27 secondes de la fin.

Après avoir surpris à plusieurs reprises lors de ces deux premières saisons en Euroligue, l’Asvel espérait se relancer après sa défaite face au Maccabi Tel Aviv la semaine dernière. Pour ce premier gros test il était évident que le niveau allait être relevé car l’Olimpia Milan n’est pas ce que l’on pourrait communément appeler dans le jargon du basket une « petite équipe ».

pour cause, le club de Giorgio Armani est tout simplement l’équipe transalpine la plus titrée avec pas moins de 28 championnats d’Italie, quelques coupes et trois Euroligue au palmarès ce qui en fait un sérieux client chaque année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *