NBA

Le duo Edwards-Towns domine Houston et Minnesota lance sa saison

Dans un match plutôt attendu de la conférence Ouest avec deux équipes excitantes, ce sont les Timberwolves de Chris Finch qui ont déroulé au Target Center face aux Rockets. Portés par un Anthony Edwards sur la lancée de la saison dernière et un Towns de niveau All-Star, Houston n’a jamais existé dans le match et commence sa saison comme prévu…tout doucement. (124-106)

Sur une série plutôt positive lors de la fin de saison dernière, les attentes sont élevées à Minnesota cette année. Sans play-offs depuis 4 ans et après avoir vu passé de nombreux échecs dans la franchise (Hello Andrew Wiggins et Jimmy Butler) , les Timberwolves semblent enfin avoir trouvé le Big 3 idéal pour tenter de franchir le cap du play-in tournament. Bingo, le premier adversaire de la saison n’était autre que la très jeune équipe des Rockets. Un lancement idéal pour se mettre en confiance chez les loups.

Effectivement, malgré toute la hype autour du back-court composé de Kevin Porter Jr et de Jalen Green, les Rockets n’ont jamais réellement su rentrer dans ce premier match ensemble. En même temps, dur de rentrer dans un match lorsque le « vrai » ROY en titre Anthony Edwards prends feu dès l’entame de match. 3 points sur 3 points, pénétration sur pénétration, l’ancien joueur de Georgia n’a fait qu’une bouchée des fusées en première mi-temps. L’arrière de 20 ans (à peine), termine le premier acte avec 25 points et finira le match avec 29 points au total.

Et si c’était la saison calibre MVP tant attendue pour Karl-Anthony Towns?

Car si la performance d’Edwards n’est plus réellement une surprise au vu de ses standards de l’année passée, la perf monstrueuse de KAT ne l’est pas non plus. Vivement critiqué pour sa défense (à juste titre, et d’un manque de dureté dans son jeu ces dernières années, Towns a semblé bon de rappeler qu’il est un pivot All-Star, les yeux fermés dès qu’il se mets à jouer sérieusement. Brossé dans le sens du poil par son manager avec l’arrivée de son pote D’Angelo Russell en 2019, le chat du Minnesota pourrait faire de cette saison 2021-2022 la sienne, et exploser les compteurs. Pour l’heure, il conclut ce match avec une ligne de stats excellente de 30 points, 10 rebonds, 2 passes avec 2 contres et 2 interceptions.

La saison promet d’être longue coté Rocket,s et les défaites risquent de s’enchaîner mais les fans espèrent tout de même voir des étincelles avec un groupe jeune, mais talentueux. Coté Timberwolves cet acte débute par une victoire contre un adversaire à sa portée, et il faudra maintenant montrer qu’ils sont capables de viser plus haut, et battre des gros calibres de la ligue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *