NBA

Les Suns ne laissent aucune chance au Nuggets. Victoire 125-118. Cap sur les finales de conférence

Cette nuit, les coéquipiers de Devin Booker se déplaçaient sur le parquet des Nuggets du MVP serbe. Menés 3-0 dans la série, la victoire était impérative sinon les vacances pouvaient d’ores et déjà démarrer.

Le coach Malone avait mis les choses carte sur table : gagner peu importe le prix pour éviter le sweep à la maison. Pour cela, il décide de modifier complètement son backcourt en y incorporant Monte Morris et Will Barton. l’espoir semble de mise quand on voit le bon début de match de l’équipe. Mais Phoenix s’envoie une telle pelée défensive que les possessions des nuggets ne se concrétisent pas par des points. De l’autre côté du Parquet Devin Booker ne se fait pas prier lui pour scorer et sanctionner. Le match semble mal se goupiller.

Jokic qui dégoupille totalement

Le géant serbe continue et fait son match au contraire de tout le collectif nuggets. Bien trop esseulé, l’écart n’arrive pas a être remonté. les joueurs de phoenix drivés d’une main de maître par l’expérimenté meneur de jeu Chris Paul. Frustré, le génial MVP laisse paraitre un visage que très peu vu depuis qu’il est dans la ligue. il réalise une faute très dangereuse qui aurait pu casser le nez de Cameron Payne. Exclu, il laisse alors tous ses coéquipiers seuls pour tenter un invraisemblable comeback. menés de huit points avec encore un quart temps à jouer.

Au terme d’un dernier baroud d’honneur les joueurs de Mike Malone vont tomber sur un os : Chris Paul.

CP3 qui rentre un peu plus dans la légende

Comment ne pas parler de la série XXL de notre bon vieux CP3. Quelle performance du haut de ses 36 ans. Rendez vous compte de la performance du bonhomme, il permet aux Suns de retrouver une finale de conférence 11 ans après la précédente. Il finit hier soir à 37 points, un exceptionnel 14-19 au tir et un 9-9 sur la ligne. il ponctue sa série avec un très joli 41 passes décisives pour seulement cinq ballons perdus.

Longtemps critiqué sur son contrat très onéreux, l’ancien des Rockets nous démontre qu’il se bonifie avec les années. Seize ans après son arrivée dans la Ligue, CP3 s ’offre là une occasion  de jouer ses premières finales NBA. Plus que quatre matchs à gagner et il pourra goûter à ce qu’il n’aura jamais connu malgré sa longévité et toutes les franchises dans lesquelles il a pu jouer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *