NBA

Lebron James lâche son numéro 23, et récupère celui de son passage à Miami

Ce sera le numéro 6 que retrouvera le King à la rentrée au détriment du 23. Ces deux numéros forment une grande histoire autour du patron de la NBA. Retour sur ses multiples états d’âmes, qui allécheront toujours autant ses supporters.

Adieu le fameux numéro 23, celui qui a accompagné le King depuis tout jeune, dès l’aube de ses premiers lancés de ballon dans la banlieue de Cleveland. Ce numéro qu’il l’a accompagné toucher les étoiles, et les unes de journaux est classé dans le patrimoine de la ligue américaine. Ce nombre qui n’est étranger à aucun fan de basket-ball était bien celui de la légende Michael Jordan… son idole de toujours qui l’aura inspiré : « Je veux pouvoir voler comme lui, shooter comme lui, et dunker sur quelqu’un comme lui. Je veux pouvoir sortir ma langue comme lui en l’air et crier sur l’adversaire comme MJ » a t-il émis tout jeune. Arrivé à la draft 2003 où il sera sélectionné à la première position par les Cleveland Cavaliers, il confirme les attentes autour de lui. Aucun titre lors de ses premières années à l’Ohio mise à part celui de rookie de l’année et deux fois MVP. La suite, c’est « The decision » qui fera vibrer et émouvoir les fans de sa contrée natale.

Ce sera le 6 au Heat de Miami

Pour l’honneur de son idole, il retire le numéro fétiche pour celui du six en novembre 2009. Un numéro spécial pour lui, qui relève bien plus de son intimité. « Mon deuxième joueur préféré était Julius Erving, et il portait le numéro 6. Mon premier enfant est né le 6 octobre, c’est mon numéro pour les JO, mon deuxième enfant est né en juin. » Oui, LB a tout l’air d’être superstitieux. Ce numéro lui a plutôt bien réussi puisqu’il gagnera par deux fois le titre de MVP, ainsi que 2 bagues de champions de NBA. On se demanderait même pourquoi il ne choisit pas le chiffre 2 ?

La rédemption du 23 pour un retour à Cleveland

On ne change pas une équipe qui gagne ? Et bien si. Il était inimaginable de le voir endosser celui du Heat, au contraire de son passé à son chez lui, certes rayonnant, mais sans trophée Larry O’Brien. Deux ans après son come back de 2014, il s’y collera et le remportera lors d’une série incroyable face aux Warriors (4-3). Il n’aura jamais été aussi puissant, et portera toute une ville sur ses épaules. Sa métropole lui aura manqué, tout comme ce symbole à deux chiffres.

Le 23 fait de la résistance

Après une première saison 2018-2019 tumultueuse et pleine de désillusions comme une blessure à l’aine qui l’écartera des playoffs, il se met au charbon l’année suivante avec la venue d’Anthony Davis. Dans un contexte particulier tel que la bulle, sans oublier le souvenir inéluctable de la mort de Kobe Bryant, l’objectif final n’en sera qu’une formalité. Après une maîtrise impressionnante et une défense colossale, il ramène le 17e titre à la franchise californienne. Remettre les bouchées doubles quelques mois aprèsétait une évidence pour le King. Éliminé par des Suns de Phoenix flamboyants, Lebron James a besoin de souffler, et de retrouver son succès d’antan. Bien qu’il apparaît avec le 6 dans le second volet de Space Jam, les destins se croiseront décidément et s’entremêlent… pour peut-être écrire le dernier chapitre d’une si belle carrière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *