NBA

Résumé de la nuit : Les playoffs commencent, les playoffs régalent.

Ah la la. Deux phases de playoffs en moins d’un an. Cette période si atypique qui nous transmet de telles émotions… Première nuit et déjà le cœur qui en a pris un coup, des séries entre titans et surtout des matchs dignes de playoffs où le suspens n’a pas manqué.

Le heat se déplaçait au Fiserv Forum. 8000 spectateurs ont assuré l’ambiance. Le match d’ouverture n’a pas ennuyé. Toujours au coude-à-coude, le Heat et les Bucks n’ont su se départager. Le plus grand écart du match étant de +7 de chaque côté. Dans ses situations chaque détail compte. Défensivement impérial, le Heat a compté sur un incroyable Duncan Robinson (24 points), nuancé par les médiocres offensives de Butler et Adebayo (26points à eux deux). Malgré un buzzer beater pour égaliser de Jimmy Buckets qui a poussé les Bucks en prolongation. Giannis (26 points) qui a fait trembler son équipe au lancer franc, sauvé par un shoot incroyable de Middleton (27 points) en presque buzzer beater, se rassure, les Bucks mènent 1-0, mais attention, si Butler se réveille, il faudra être prêt.

Espérons qu’entre Miami vs Milwaukee et Clippers vs Dallas, vous avez pris une douche, là aussi le match ne tenait qu’à un fil. C’est bien connu : Clippers = Choke city. Seule chose qui n’a pas changé depuis 2019. Maîtrisé, les Clippers n’ont jamais vraiment vu le jour. Dominé par l’indomptable Doncić en triple double (31 pts/10 rebonds/10 passes). Les Angelenos n’ont pas gagné un quart temps. Manque de solution et une adresse aux abois, malgré quelques remontées. Les Mavs n’ont jamais été inquiétés et sont toujours restés sereins. La défense des Clippers aura été un véritable fardeau, sur jeu placé, sur jeu rapide, en transition bref une catastrophe. 103-113 ils perdent l’avantage du terrain.

Un peu de répit, 1 heure de pause avant le premier match entre les Nets et Boston. On aurait pu y croire en ce premier quart. Laborieux des deux côtés avec une adresse en dessus des 35% de chaque côté. Boston prend la lead et continue même à creuser l’écart. +12 lors du second quart, il en aura fallu pour que les Nets s’y mettent enfin, après la mi-temps. 28 des 31 points du troisième quart-temps inscrits par le trio star des Nets, fini de rigoler, impuissant Boston ne parviens plus à revenir et sombre définitivement en fin de match. 104-93. Seulement la dixième fois que le big three joue ensemble, de quoi forger quelque chose. En revanche, ils sont à poil à l’intérieur.

Donnés gagnant, Denver avait du pain sur la planche. La team à Lillard qui a fini la saison en beauté n’a pas tremblé et a directement annoncé la tendance. 60% des paniers à trois points sont rentrés lors de la première dizaine, Lillard a fait son festival avec 34 points. Malgré un sursaut d’orgueil avant la mi-temps. Ultra dépendant de Jokic qui comme à son habitude a brillé (34pts/16rebonds). Denver n’a pas su trouver ma faille. Crucifié lors du retour des vestiaires, même sous les huées des 8000 spectateurs, Carmelo Anthony n’a pas laissé place aux sentiments face à ses anciens coéquipiers inscrivant dix-huit points (dont 4 sur 8 à 3 pts). Une sévère défaite pour la franchise des rocheuses qui n’aura jamais vraiment trouvé la solution en défense face à une tonitruante équipe de l’Oregon.

Woah, intense première nuit et sûrement pas la dernière. Gâtés par des affiches de rêve, nous sommes bien dans la meilleure période de l’année !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *