Monde,  NBA

NBA : Bradley Beal, 2021 année du changement ?

Souvent considéré comme underrated, Bradley Beal est auteur d’un début de saison à la hauteur de son talent. Après 11 matchs, il est le meilleur scoreur NBA et porte les Wizards à bout de bras. Pour combien de temps ?

Après un départ catastrophique contre des équipes que l’on pensait à leur portée, les Washington Wizards peinent à trouver leurs marques (3-8 après 11 matchs). Avec un Westbrook qui fait ses stats, mais qui a peu d’impact, un Bertans qui n’est pas aussi adroit que la saison passée et un Thomas Bryant out pour la saison (rupture du ligament croisé au genou gauche), l’alchimie de cette équipe est loin d’être évidente en ce début de saison.

Cependant, dans ce marasme, il y a bien un joueur qui sort du lot à DC et cela se voit beaucoup depuis l’absence, puis le trade, de John Wall. Ce joueur tourne cette saison à presque 35 points de moyenne, avec des pourcentages qui feraient pâlir d’envie Andrew Wiggins et ce joueur s’appelle Bradley Beal.

Est-il pour autant heureux dans le contexte actuel de son équipe ? Je me permets d’en douter, car je le cite après la défaite face aux Celtics malgré ses 60 points : « I’m mad. I don’t count [them]. … Any of my career highs, they’ve been in losses. So I don’t give a damn. You can throw it right out the window with the other two or three I’ve had« . Soit en français dans le texte et en résumé : il se fout d’avoir atteint son plus haut total en carrière, car la défaite est au bout et cela fait deux ou trois fois que cela lui arrive. On comprend donc que ses cartons au scoring lui importent peu et cela traduit clairement son envie de victoire.

Alors, avec tous ces éléments peut-on affirmer que l’arrière de Washington restera au sein de cette équipe cette année ? Beal a 27 ans et est dans son prime absolu. Son apport au scoring et également sa polyvalence, car bon défenseur et créateur capable, intéressent de nombreuses équipes.

Les dernières rumeurs de transfert sont concentrées sur deux équipes, le Miami Heat qui pourrait proposer un package autour de Tyler Herro et plus récemment les Pelicans, avec un package comprenant Lonzo Ball, quelques vétérans et des premiers tours de draft.

Après avoir signé une extension à 72 millions de dollars cet automne, Bradley Beal n’a pas encore publiquement exprimé son souhait d’être transféré. Il pourrait cependant opt-out de cette extension en 2022, en laissant les Wizards démunis. L’équipe de la capitale fédérale a donc deux options sur la table : espérer que la paire Westbrook-Beal (entourés de jeunes joueurs de talent) trouvent une alchimie et obtienne des résultats satisfaisant pour Beal ou transférer le joueur en profitant de son excellente valeur marchande pour récupérer le maximum d’assets.

Espérons pour les fans de sorcellerie, que le front-office fasse le bon choix !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *