Basket Européen,  Europe,  France

Norris Cole raconte ses expériences

Interrogé par Miles Schmidt-Scheuber du magazine German Hoops, le meneur de jeu de l’AS Monaco est revenu sur ses différentes expériences. Après avoir parcouru l’Europe et remporté deux titres de champion NBA avec le Heat de Miami, Norris Cole se confie.

  • L’ambiance qui règne à Monte Carlo

Norris Cole : « Monte Carlo est un endroit très luxueux. J’aime beaucoup l’ambiance de Monaco, les gens sont vraiment décontractés. Je suis impatient que le printemps arrive et de voir le soleil se lever. Il n’y a rien de mieux que de revenir à Monaco après un long road trip. C’est aussi agréable de se réveiller au bord de l’eau après une dure séance d’entraînement. »

  • La comparaison avec les autres championnats

« Toutes les ligues sont différentes. Je ne peux pas dire que l’une est meilleure que l’autre car il existe différents styles et différents joueurs. Les matchs sont également différent. Je suis toujours ouvert d’esprit et j’essaie de m’adapter au mieux et de jouer au plus haut niveau possible. Je n’aime pas comparer, mais essayer simplement d’apprendre et d’apprécier. C’est comme la musique. Vous avez le hip-hop, le jazz ou le reggae. Tous ces styles sont différents et aucun n’est meilleur. Vous apprenez juste à l’apprécier. »

  • Sa relation avec ses coéquipiers Dee Bost et Eric Buckner et son entraîneur

« Dee est un bon joueur qui apporte une certaine qualité à l’équipe. Il peut sceller une rencontre grâce à un tir ouvert. Il déploie beaucoup d’énergie quand il joue et est très efficace en défense. Il m’a aidé à m’adapter plus rapidement. Je ne l’ai pas vu jouer quand il était plus jeune. Vous avez beaucoup de gars qui pourraient jouer en NBA. Atteindre la NBA est une question d’opportunité et de timing. Je n’aime pas vraiment juger les joueurs.

J’adore jouer avec Buck. Il ne se plaint jamais et répond toujours présent. Je lui ai dit lors d’un match que je lui passerais le ballon, mais il a dit non non, tu prends le shoot et je prendrai le rebond. Cela montre le haut niveau d’altruisme qu’il a. C’est un vrai moteur dans cette équipe.

J’ai beaucoup entendu parler de Sasa Obradovic avant d’arriver à Monaco. Il sait comment je joue et ce qui me fait avancer. »

  • Ses expériences européennes

« J’ai vraiment aimé vivre à Tel Aviv. Pour les Américains, ce championnat est similaire à la NBA : que ce soit dans la gestion du club ou le mode de vie. Tout le monde aimerait jouer là-bas. L’anglais est la deuxième langue, ce qui m’a permis de m’adapter plus rapidement.

Lors de mon passage en EuroLeague, j’ai pu montrer ce dont j’étais capable. Je suis un joueur d’équipe et je peux être agressif. Le niveau de jeu proposé en Euroligue est plus dur qu’en NBA. Quelle que soit l’équipe, je peux jouer n’importe quel rôle au sein de l’effectif. Lorsque vous jouez dans une équipe avec de nombreuses superstars comme Miami, vous aurez un rôle différent. »

  • Son passage en NBA

« Lorsqu’on gagne un titre NBA, rien n’est comparable, c’est comme ça. Le premier titre NBA avec Miami était le premier pour beaucoup de joueurs dans cette équipe. J’ai apprécié les deux titres même si j’ai joué davantage dans le second. Mes coéquipiers n’arrêtaient pas de me dire de profiter de l’instant présent et ils avaient raison.

En NBA, j’ai joué avec de grands joueurs comme Rashard Lewis, Shane Battier, Ray Allen ou Mike Miller. J’ai beaucoup appris à leur contact. Quand j’étais un Heat, je n’ai jamais voulu être le maillon faible et je voulais juste retarder la fin du contrat et respecter mon jeu.

Quand je jouais aux New Orleans Pelicans, j’étais productif mais l’équipe ne l’était pas. Nous avons eu beaucoup de blessures. C’était la première fois que je n’avais pas atteint les playoffs après avoir été en finale pendant 3 ans. Vous devez comprendre que cela peut se produire en NBA. Vous devez prendre le bon comme le mauvais. J’ai eu tellement de succès au début de ma carrière. Ce fut une expérience d’apprentissage pour moi. La ligue peut changer si vite du jour au lendemain. »

  • Michael Jordan ou LeBron James

« LeBron joue toujours mais Jordan est le GOAT. Il y a eu beaucoup de grands joueurs, mais personne comme LeBron qui est un marqueur de haut niveau. Il est aussi très bon passeur et un défenseur hors pair. »

L’intégralité de l’interview en anglais est à retrouver ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *