Non classé

[JEEP ELITE – J18] : Le Portel échoue d’un rien face à Dijon

Pour ce premier match de 2020 au Chaudron, l’ESSM Le Portel (18è, 3-14) accueillait la JDA Dijon (3è, 14-3).

Bien que la rencontre semblait déséquilibrée sur le papier avec la cascade de blessés côté portelois et la confiance dijonnaise portée par le MVP en titre, il y avait un match à disputer ce soir.

Lors du premier quart-temps le public a pu assister à combat d’entrée avec deux équipes se rendant coup pour coup. D’Angelo Harrison (25-7-1) guidait les stellistes pendant que LaMonte Ulmer (19-6-1) montrait la voix aux siens. Les locaux dominaient d’un petit point cette première manche (22-21).
Harrison en feu, Dijon hésitant, il n’en fallait pas plus pour que le Chaudron à l’unisson se mette à encourager ses 8 protégés. Le néo-stelliste Kwan Cheatham (19-8-1) servi à plusieurs reprises par la coqueluche locale Benoît Mangin (11 points – 8 passes) ne se posait aucune question et jouait décomplexé des deux côtés du parquet. Du côté bourguignon c’est le all-star français Chassang (9-1-1) et Leloup (11-4-2) qui parvenaient à laisser la JDA dans la course. 18-18 dans cette seconde manche, les hommes de Périgois regagnaient les vestaires avec toujours ce petit point d’avance (40-39).

Au retour de la mi-temps c’est Richard Solomon (12-5-1) qui se montra le plus à son aise dans la raquette. Le Portel ne disposant d’aucun poste 5 de métier, a joué small-ball tout le long du match. Le poste 5 était donc tantôt occupé par la recrue Cheatham, tantôt par Ballard (8-9-4) tantôt par Smallwood (2-3). Bien trop light face à l’expérience des hommes de Laurent Legname… Les dijonnais dominèrent donc ce quart-temps d’un point (20-21, 60-60).
Ce mano à mano devait donc choisir un camp dans l’ultime période. Bien que le belge Tabu (19-4-3) ait pu inscrire des paniers salvateurs, c’est Axel Julien en 17-2-8 et 7/8 aux lancers-francs dont 6 dans cette période qui répliquait.
Et comme au match aller, le discret mais extra-clutch MVP en titre David Holston (8-1-5) asséna un 3 points décisif dans le money-time climatisant un Chaudron bouillonnant.

Les hommes de Périgois perdent encore un joueur avec Pierre-Étienne Drouault (coude) et encore un match qu’ils auraient pu et dû remporter si quelques coups de sifflets douteux n’eurent pas intervenus…

Victoire de la JDA 84-86 qui confirme son statut d’outsider derrières les deux ogres monégasques et villeurbannais pendant que Le Portel ne gagne toujours pas (3 victoires en 18 matchs).

@Lebronico

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *