France

[JEEP ELITE – J12] : Villeurbanne toujours invaincu en dominant les Metropolitans

Face à une équipe de Levallois peu inspirée et pas à la hauteur dans ce choc de la 12ème journée de Jeep ELITE, l’ASVEL s’adjuge un treizième succès de rang en championnat (76-86). Même émoussé par son troisième match en cinq jours, Villeurbanne n’a pas tremblé pour dominer les Metropolitans sur leur parquet.

Peu inspirées offensivement, les deux équipes rentrent sans se brusquer dans cette affiche. L’ASVEL innove avec un trio d’arrière titulaire Strazel-Taylor-Lighty tandis que Charles Kahudi, touché au dos, n’est pas inscrit sur la feuille de match. Du côté de Levallois, David Michineau est aussi touché et indisponible pour ce duel. Les Metropolitans tentent d’emballer rapidement le match se heurte avec une bloc villeurbannais bien en place, comme à son habitude.

De plus, l’adresse n’est pas au rendez-vous et ce sont les visiteurs qui créent le premier écart de la rencontre (10-16, 7′). Une avance qui va même grimper jusqu’à neuf unités lorsque les Rhodaniens trouvent la mire derrière l’arc grâce à trois paniers primés de Jackson, Galliou en fin de possession sur une extra passe de Strazel (5 au total) puis Lomazs (20-29, 13′). Moment choisi par les locaux pour recoller peu à peu sous l’impulsion d’un Briante Weber toujours aussi collant en défense (4 récupérations à la mi-temps).

L’ASVEL enchaîne plusieurs mauvaises séquences offensives et subit le retour en force des joueurs de Freddy Fauthoux malgré deux temps-morts posés par Mitrovic (38-38, 17′). Ce sont finalement les Metropolitans qui virent en tête au buzzer sur leur seul panier primé inscrit en première mi-temps, par l’intermédiaire de Jamel Artis (43-42).

Artis remet ça dès l’entame de la deuxième mi-temps d’un tir primé mais l’ASVEL va vite recoller grâce à une faute antisportive concédée par Biante Weber dans la foulée. Un troisième quart-temps qui se déroule, à l’image de la rencontre, sur un faux-rythme peu plaisant.

Un duel décevant

Le jeu est assez haché, les imprécisions sont nombreuses et l’adresse extérieure dépasse à peine les 20% pour l’ensemble des deux équipes. De plus, l’intensité est peu présente, notamment en attaque, sachant que le ballon circule peu. Pour une affiche prestigieuse, le spectacle n’est pas au rendez-vous devant une salle à guichets fermés. C’est finalement l’ASVEL qui clôt le troisième quart-temps en tête (59-62).

Villeurbanne continue de mener cette rencontre, profitant de l’incapacité des Metropolitans à prendre les devants. A quatre minutes du terme, Edwin Jackson envoie une flèche longue distance pour tenir les Franciliens à distance (69-74, 36′). Vitalis Chikoko laisse plusieurs points en route sur la ligne de réparation et Villeurbanne n’en demandait pas tant pour prendre le large, une nouvelle fois par Edwin Jackson derrière l’arc (70-79′ 37′).

Levallois ne fructifie pas ses offensives dans le money time, et fait trop peu de stops défensifs pour espérer inverser la tendance. Sans briller et visiblement émoussée physiquement, l’ASVEL repart de la capitale avec une deuxième succès en championnat cette semaine, et une invincibilité préservée en Jeep ELITE (76-86).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *