France,  Interviews Betclic Élite

Boris Diaw – « Ce qui me plaît, c’est que l’équipe ne lâche jamais rien »

Avant le choc de cette douzième journée de championnat entre LDLC ASVEL et Boulogne-Levallois, Boris Diaw, le président des Metropolitans 92 a tenu une conférence de presse.

  • Vous avez discuté avec Tony Parker avant cette rencontre ?

Boris Diaw : « On s’est un peu chambrés, cela fait quelques semaines. C’est dommage d’avoir perdu au Mans, on aurait pu jouer la première place face à l’ASVEL. »

  • Cette place de président c’est une suite logique dans votre carrière ?

B.D : « Il y a une suite un peu logique dans nos carrières. La suite logique c’est de passer de l’autre côté, du côté dirigeant. »

  • Quel bilan tirez-vous de ce début de saison ?

BD : « Cette première partie de saison est plus que satisfaisante, même mieux que l’on espérait. La saison est longue, il faut relativiser. Les objectifs premiers n’étaient pas de remporter le titre, on garde tous une humilité. Le haut du classement est assez serré, ça peut aller très très vite. On est conscients de ça, on continue notre petit bonhomme de chemin. »

  • Avez-vous le temps de suivre tous les matchs et que pensez-vous de votre équipe ?

B.D : « J’ai le temps de tout suivre. Ce qui me plaît c’est que l’équipe ne lâche jamais rien, il y a une très bonne ambiance sur le terrain et ça se ressent. Elle a beaucoup de fougue cette équipe à l’image de Briante (Weber). Elle joue bien ensemble, ce sont des valeurs que j’ai toujours apprécié. Briante, un joueur de petite taille mais explosif, il connaît très bien le basket. C’est un joueur qui réfléchit et qui sait gagner de matchs. »

  • Pouvez-vous nous dire un mot sur le recrutement ?

B.D : « Sur le recrutement c’est Alain Baysse qui a la main avec Fred Fauthoux. Il est arrivé qu’il me demande si un joueur a évolué en NBA, son niveau, son attitude en dehors du terrain. Il y a des joueurs que je connais bien comme Donta Smith qui a joué avec moi à Atlanta. »

  • Ce rôle de président vous plaît ?

B.D : « Je prends beaucoup de plaisir pour l’instant parce que les victoires sont là aussi (rires). C’est un rôle complètement différent de celui occupé lorsque j’étais à Bordeaux, ce n’était pas un club de première division. »

  • Un dernier sur la souffrance de votre équipe face à petites équipes ?

B.D : « C’est toujours plus facile de se motiver pour jouer des équipes de haut de tableau que de bas de tableau. Cela prend avec l’expérience, c’est quelque chose qu’il faut corriger, ce n’est pas la fin du monde de perdre ce genre de matchs. Cela montre la marge de progression que l’équipe a encore. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *