Betclic Élite,  France

[JEEP ELITE – J22] : Le Mans domine l’ASVEL

Après une longue bataille, le MSB fait tomber le leader du championnat à Antarès (89-83). Cinq joueurs terminent à plus de 10 points pour le Mans, face à une équipe de l’ASVEL plutôt maladroite malgré une grosse domination au rebond (16 prises offensives).

Proche de la rupture, l’ASVEL a conclu cette première mi-temps par un impressionnant 18 à 6. Pourtant, tout avait mal commencé pour Villeurbanne, avec des joueurs qui sont rentrés difficilement dans leur match, la faute à une semaine éprouvante en affrontant par deux fois Andorre en Eurocup. Thompson enchaînait les floatters, pendant que Will Yeguete s’amusait dans la peinture. Les hommes de Mitrovic n’y sont pas et sont distancés à l’issue du premier quart (23-15), tout en agaçant leur coach qui se prend une technique. Cet écart ne cesse de grandir par la suite, grâce à une équipe mancelle exploitant chaque faille défensive à l’intérieur. Malgré une bonne circulation de balle, la réussite fuit au leader du championnat. Au quart d’heure de jeu, le MSB mène même de 15 unités.

Le réveil de l’ASVEL, la frustration de Bigote

Pour stopper l’hémorragie, l’ASVEL fait ce qu’elle sait faire de mieux : défendre. Même si les Mans possède une très grande réussite à deux points à la mi-temps (19/23 !), la réussite longue distance les fuit (0/5). En verrouillant leur raquette, les visiteurs arrivent à faire leur retard, tout en retrouvant de l’adresse. Sur sa troisième faute, Valentin Bigote se montre trop véhément envers le corps arbitral et écope d’une faute technique, soit sa quatrième faute individuelle, direction le banc. A.J Slaughter marque juste avant la sirène et permet à son équipe de rester à une possession d’écart (43-40). En début de deuxième mi-temps, la rencontre est interrompue de longues minutes. Une personne de la table de marque s’est évanouie. Jusque là impeccable (12 pts et 9 rbds), Will Yeguete provoque une faute antisportive, concrétisée dans la foulée par l’ASVEL.

La partie se tend alors, l’intensité défensive est montée d’un cran, les possessions sont plus longues et le score décolle peu. Sow est lui aussi sanctionné d’une faute technique pour avoir lancé le ballon dans le visage de Kendrick Ray qui l’avait provoqué juste avant. Après plusieurs chassés-croisés au tableau d’affichage, le MSB recrée un petit écart en fin de troisième quart avec notamment deux tirs de Richard Hendrix (62-57). L’ASVEL reste au contact à l’entame du dernier acte, mais Jonathan Tabu envoie deux flèches depuis la ligne des trois points, pendant qu’Hendrix concrétise son bon passage sur le parquet avec un « and one » en sortie de temps mort (75-68, 34′).

L’ASVEL inefficace dans le money time

David Lighty relance son équipe avec deux tirs primés, pendant que la défense villeurbannaise resserre les espaces. Les visiteurs ne concrétisent pas leurs stops défensifs, Malnietis puis Kahudi manquent de peu le cercle, forçant Mitrovic a arrêté le jeu alors que son équipe est distancée à moins de deux minutes de la sirène (85-78). Kahudi de nouveau, puis Lighty échouent à trois points, empêchant leur équipe de faire douter le MSB. Les Manceaux se font peur en fin de match en laissant plusieurs rebonds offensifs, mais l’emportent finalement  et logiquement (89-83).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *