Non classé

[JEEP ELITE – J18] : Ali Traoré après la défaite à Pau – « C’est une défaite qui fait très très mal »

A l’issue de la déroute de la SIG Strasbourg samedi soir sur le parquet de Pau, Ali Traoré et Vincent Collet ont fait part de leur frustration mais reconnaissent la supériorité de leur adversaire du soir.

Ali Traoré : « Je suis un peu sonné. Il y avait une vraie différence de vitesse dans le jeu, dans l’exécution, en défense et en attaque. J’avais l’impression qu’ils étaient deux fois plus rapides que nous. Ils étaient prêts à faire un gros match et ils l’ont fait, pas nous ! C’est une défaite qui fait très très mal parce qu’elle est un peu honteuse : +40 ! Et en plus face à un concurrent direct, et quand je dis concurrent il faut mettre des guillemets, car ils étaient vraiment au-dessus de nous. Je ne sais pas quelles en seront les conséquences mais c’est clair que… Ça fait mal ! Ce n’est pas la faute du coach, ce sont les joueurs qui jouent. Le staff prépare les matches et les prépare bien. A nous de faire le travail après. J’ai vécu tous les scénarios dans ma vie, les plus glorieux comme les pires comme actuellement. Comment l’équipe va réagir ? J’espère que l’on va réagir en compétiteurs, en champions. On a des champions dans cette équipe. Il faut une réaction dès mardi ».

Le coach alsacien Vincent Collet a fait preuve de lucidité et l’avoue, c’est bien le début de la crise à Strasbourg.

Vincent Collet : « Il y a eu la domination d’une équipe par une autre qui était inexistante. Voilà pourquoi il y a 40 points d’écart. Pau a fait un très grand match. Que ce soit dans l’intensité défensive, où ils ont été intenses et généreux pendant 40 minutes, mais aussi dans la réussite. On a fait une entame plutôt courageuse mais durant laquelle on était déjà très maladroit, 3/14 à la fin du premier quart, on ratait même les lancers-francs… Et après tout est parti à vau-l’eau au fur et à mesure du match. On a baissé la tête. Il y avait une énorme différence de vitesse entre leur grande agressivité et notre lenteur à nous pour tout faire. On a été mauvais. On sentait que certain étaient inhibés par l’enchaînement des difficultés et d’autres ne sont pas au niveau escompté très clairement. Il faudrait que je sois fou pour ne pas être inquiet. Je n’ai pas attendu ce soir pour l’être, mais là c’est un degré supplémentaire ».

Propos recueillis sur le site officiel de la SIG Strasbourg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *