Non classé

[JEEP ELITE – J15] : L’ASVEL neutralise Levallois sur son parquet

L’ASVEL s’impose sur le parquet de la Jeep Elite pour son dernier match en 2018. Un succès construit sur sa solidité défensive qui a étouffé Levallois durant une grande partie du match (79-88). Théo Maledon a encore éblouit de son talent en signant son record d’évaluation sur ce match (26).

Levallois entame parfaitement son match avec une grande application offensive. Les Metropolitans tiennent têtes malgré les deux fautes (trop rapides) de Yarou. L’ASVEL monte petit à petit en régime pour prendre le lead et forcer Freddy Fauthoux à prendre son premier temps-mort (12-18, 7′). Roko Ukic permet aux locaux de rester au contact en fin de première période avec un tir primé (20-24). Les visiteurs montent en intensité défensive et Levallois ne semble pas trouver de solutions offensives.

Une défense villeurbanaise plus que gênante

D’abord avec une presse tout-terrain puis une défense en zone imperméable, l’ASVEL construit son avance par sa défense avant tout. L’écart dépasse les dix points sur un tir primé de Théo Maledon très en jambe en cette première période (13 pts, 100% au tir et 3 PD déjà). Levallois gâche ses opportunités, comme Julian Wright qui rate quatre lancers francs consécutifs provoquant l’exaspération du public francilien. Après un premier quart de rodage, les Villeurbannais trouvent leur rythme en attaque, notamment derrière l’arc (4/4 sur ce deuxième quart). Après 20 minutes de jeu, l’ASVEL rentre aux vestiaires avec une confortable avance de 10 points méritées grâce à son jeu collectif et rugueux en défense qui laisse Levallois sans réponse pour le moment à moins de 40% d’adresse générale (36-46). Et cela ne s’améliore pas en deuxième mi-temps, les Metropolitans manquent cruellement d’énergie et d’intensité pour inquiéter le leader du championnat. L’écart ne cesse d’augmenter, Levallois se fait cuisiner à petit feu depuis maintenant plus de vingt minutes. Levallois bafoue son basket, les transitions offensives sont lentes, les pertes de balles se multiplient et les stops défensifs sont plus que rares. L’ASVEL n’en demande pas plus pour rester largement en tête, avec son calme et sa sérénité habituelle.

Un réveil explosif trop tardif

La défense organisée par les hommes de Mitrovic étouffe littéralement Levallois. Un dunk ravageur de Julian Wright permet au public levalloisien de se réveiller, mais n’efface en rien l’énorme avance des Villeurbannais après 30 minutes de jeu (52-71). Levallois affiche son vrai visage à l’entame du dernier quart, un visage conquérant, tranchant et impliqué. L’équipe joue enfin un basket cohérent, effectuant des stops défensifs, prenant plus de rebonds pour grappiller son retard. L’ASVEL s’est clairement assoupi  et se fait violemment réveillé mais conserve une avance confortable (64-75, 33′). Les Metropolitans passent finalement sous les 10 points d’écart dans le money time (75-84, 37′). Le public se fait entendre, mais son équipe partait de trop  de loin pour espérer effectuer un improbable retour. L’ASVEL a produit 30 minutes d’une grande intensité, permettant d’assurer la victoire malgré un relâchement en fin de match.

Score final : 79-88. Le leader de la Jeep Elite repart de la capitale avec un succès mérité. Malgré le réveil des Metropolitans dans le dernier quart, l’ASVEL aura maîtrisé son adversaire grâce à un Théo Maledon en mode record avec 26 d’évaluation, 18 points et 5 passes décisives.

Boxscore : Yarou 18 pts, Wright 13 pts, Johnson 13 pts, Scott 11 pts côté Levallois. Maledon 18 pts + 5 PD, Malnietis 18 pts, Light 13 pts, Jean-Charles 11 pts, Noua 11 pts côté ASVEL.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *