Basket Européen,  Europe,  France

[BCL – J2] : « Il n’y a pas photo entre les deux effectifs »

Le coach espagnol de Tenerife s’est montré très satisfait en conférence de presse, Pascal Donnadieu n’était pas inquiet après la lourde défaite de son équipe et a reconnu la supériorité de l’adversaire. Le coach de la JSF donne actuellement la priorité au championnat.

Viderrota a souligné le grand travail défensif de son équipe : « On a fait un très bon boulot pendant 20 minutes jusqu’à la mi-temps. Nanterre s’est réveillé pendant le 3ème quart. Nous devions retrouver nos sensations en défense mais j’étais sur que cette intensité défensive serait de retour au dernier quart. Ce fut le cas, Nanterre n’a inscrit que 7 points dans le dernier quart et nous avons gagné un match important en BCL ». Gillet aussi était satisfait du match en concluant « On est content, il y a encore des détails à régler, mais c’est toujours difficile de gagner à Nanterre ».

Corentin Carne qui a joué plus de 20 minutes reconnaît la passivité de son équipe en début de match : « Contre une équipe comme ça il faut jouer pendant 40 minutes dur et consistant. On s’est fait piégé en République Tchèque, là c’est un peu le même déroulement de match. En 2ème mi-temps on a montré plus d’intensité mais contre une équipe comme ça, – 20 en première mi-temps c’est irrattrapable ».

Donnadieu reconnaît la supériorité de son adversaire après le match : « Il n’y a pas photo entre les deux effectifs. La problématique pour nous c’est qu’on est pas au complet, contre un adversaire de ce calibre-là on est en souffrance. La Coupe d’Europe on ne peut s’en servir que de préparation et de progrès aujourd’hui ». Le coach de la JSF se veut encourageant malgré le grand écart de point à la fin du match:  « On a mis que 23 pts en 1ère mi-temps mais tout n’était pas négatif. Tenerife est capable de jouer dur et de mettre beaucoup d’intensité. A partir du moment où on a mis plus de rythme et d’intensité on a pu revenir à 9 pts donc ça c’était plutôt intéressant ».

Sur les objectifs de la saison, Pascal donne des pistes : « Moi je suis un compétiteur mais il faut être lucide sur les forces en présence. Au jour d’aujourd’hui on doit donner priorité à la Jeep Elite, je ne pense pas qu’on puisse jouer deux matches en une semaine avec la même intensité. Chaque équipe à son lot de blessure mais actuellement tout est décalé, Palsson joue en 4, Waters est notre seul poste 1. Ce soir j’ai vu des mauvaises choses mais aussi des choses intéressantes. On a une forte marge de progression ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *